Treffort.

Publié le par domrobhub

 

                                                          Le Grillerin malgré tout.

Des difficultés à se garer à Brou, une pluie qui perle les pare-brise, des sudokus à terminer et pourtant 27 volontaires sont partis à l’assaut du mont de Grillerin, c’est effectivement Treffort ! A longer des fossés débordant d’eau, à jouer les équilibristes dans les bourbiers, à se courber sous les fils de fer barbelés il y avait de quoi regretter son fauteuil mais le groupe déterminé avançait. D’autant que dans la montée vers le mont le terrain devenait plus praticable. Une pause sous l’imposant pylône qu’un cairn (merci Michel) en construction permanente tente vainement d’imiter et nous voilà repartis par les crêtes avant d’entamer la descente au milieu d’un couloir de buis bien dégagé  (grâce aux vététistes) à l’abri du vent et d’une pluie intermittente. Une descente glissante par endroits et qui causera quelques chutes comme celle de Michelle première dame de la RSCB qui, en l’absence de son chevalier président parti guerroyer en Beaujolais, sera secourue par un anonyme et dévoué manant encapuchonné. Nous parvenons enfin sur la route dans les esses et bientôt sur la place du village après avoir traversé le pont sous lequel le narcatan a encore fière allure avant d’aller se perdre plus loin dans les eaux du sevron. Un bémol quant même, 27 volontaires mais aucun pour un nettoyage collectif des chaussures ! L’égrafigneur.

Statistiques ; 8,5 km, 300 m de dénivelée.

 

 

P1010770

 P1010771-copie

 PB081524-copie

PB081527-copie

PB081525-copie

P1010772-copie

PB081529-copie

PB081530-copie

P1010776-copie

P1010777-copie

P1010778-copie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article