St Claude.

Publié le par domrobhub

 

Au bord de l’Abîme.

En tous cas c’est ce que nous avions prévu de faire mais suite à des risques d’éboulement l’accès  aux gorges est interdit pour le moment. Déçus mais pas résignés nous retrouverons les rives du torrent plus en amont. Auparavant nous faisons un aller-retour à la «  Cascade des Combes » qui surgit du canyon et qui inspira en son temps le poète Lamartine. Après avoir laissé les voitures un peu  plus  haut nous descendons par une sente herbeuse puis forestière très pentue et très glissante pour atterrir sur un caillebottis qui nous mène au «  Trou de l’Abîme » profond de 45m. La légende voudrait qu’en 1854 un bûcheron et son attelage de bœufs s’y soient engloutis mais plus tard des plongeurs lyonnais tordront le cou à la légende. Nous continuons ensuite par un large chemin souvent en pente douce et sous l’œil belliqueux d’un taureau. L’occasion pour René et Bernard de nous narrer des histoires du viril animal comme Hannibal dont le destin et d’autres choses restèrent suspendus à un fil, barbelé en l’occurrence. Une eau blanchâtre ruisselle au pied du crêt Pourri que nous atteignons par une grimpée courte mais sévère. Il est temps de prendre des forces sous l’œil bienveillant de la madone et devant un panorama grandiose, de St Claude et le mont Bayard jusqu’au crêt de Chalam qui pointe au loin. Quelques hésitations en début d’après-midi pour retrouver le chemin car les travaux forestiers ont modifié les repères. La descente commence par un chemin ravagé où des roches lisses affleurent en surface puis après avoir dépassé une grange ruinée (1783) nous atteignons enfin une route mais pas pour longtemps car il faut à nouveau descendre par un sentier boueux et plein d’ornières. Nous débouchons alors sur le village de Vaucluse et presque tout de suite face à la petite chapelle de «  Notre Dame de Pitié » dont la taille contraste avec la grandeur du cirque. Le soleil se fait ardent alors que nous regagnons les voitures et s’arrêter se désaltérer est presque une obligation. A l’Aiglon ils desserviront les tables pour nous accueuillir. L’égrafigneur.

Statistiques ; 12,400 km, den. 650m.

P1010726-copie

P1050010-copieP1010730-copie

P1010732-copie

P1050016-copieP1010734-copie

P1010733-copie

P1020240-copie

P1010739-copie

P1010740-copie

P1010742-copie

P1010743-copie

P1010738-copie

P1010754-copie

P1010746-copie

P1010748-copie

P1010750-copie

P1010751-copie

P1010753-copie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article