La SaintExpress de la SaintéLyon - Participation RSCB - décembre 2019

Publié le par domrobhub

La RSCB représentée à La SaintéLyon 2019

Elles en rêvaient, elles l’ont fait !

Elles, ce sont Sylvianne Favier, celle qui est souvent en tête dans les montées et l’autre c’est Christiane Gibassier notre nouvelle future animatrice de marche nordique.

Elles ont été fort bien coachées par Bernard Tournier, celui qui a souvent une petite histoire drôle  à raconter durant les randos, et qui a à son compteur huit SaintéLyon, … excusez du peu !

Pour ma part, j’ai eu grand plaisir* à accompagner ce petit monde. … pour ma deuxième participation.

Une épopée, que dis-je,  une aventure extraordinaire dans des conditions "dantesque" !

Durant toute la semaine précédant cette SaintéLyon, nous avions été inquiétés par la météo qui s’annonçait pluvieuse, mais à aucun moment, nous n’avons envisagé une annulation. Alors que sur les 17000 inscrits, 12% ne se sont pas présentés. A la RSCB, on n’est pas comme ça !

C’est avec Christiane au volant que nous nous sommes approchés de la Halle Tony Garnier en cette soirée de samedi 30 novembre.

La suite du programme et le grand départ :

Récupération de nos dossards, petit tour rapide dans le salon spécial "Trail et rando", repas tiré du sac sur place, retour à la voiture pour se mettre en tenue de rando, et direction vers l’un des innombrables bus pour un transfert au village de Sainte Catherine. Là, nous devons patienter une petite heure avec les 3600 trailers et quelques randonneurs de cette SaintéLyon  Express .  Ambiance joyeuse et  sportive sous la houlette d’un animateur chargé de motiver les troupes. Deux premières vagues s’élancent. En tant que randonneurs, c’est en fin de troisième vague que nous partons à 23h45 sur ces derniers mots de l’animateur au micro: « prenez du plaisir ». On s’en souviendra.

Et la météo ? Finalement, il ne pleut pas, la température est douce et le ciel partiellement dégagé. L’utilisation de l’adjectif "dégagé" fait référence à notre optimisme du moment. J’aurai pu écrire partiellement couvert.

Les premiers kilomètres sont accomplis à allure soutenue. Ensuite on se calme un peu. Comme prévu par Madame Météo, la pluie  arrive et autant vous le dire tout de suite, elle ne va plus nous lâcher jusqu’à 9h du matin, parfois avec une forte intensité.

Comment résumer ces 12 heures  de randonnée ?

  La pluie a rendu le terrain glissant. Par endroit, nous avons marché dans un bourbier inimaginable avant d’y patauger carrément .  Parfois des flaques  d’eau inévitables et de profondeur variée ajoutaient aux difficultés. Le passage avant nous de milliers de coureurs avait transformé des sentiers en véritables patinoires.  Nos bâtons nous étaient particulièrement utiles pour ne pas tomber. A certains moments,  d’étroits sentiers se transformaient en rivière ! Non là j’exagère, en petit ruisseau vigoureux, qui n’avaient qu’un seul but, pénétrer dans nos chaussures. Même sur les parties bitumées, l’eau ruisselait abondamment.

La conséquence  de ces ondées, c’est que nous avons été rapidement trempés malgré nos équipements pourtant bien prévus.  La température nous imposait d’avoir des gants qui vont devenir nos points faibles. En effet, des gants gorgés d’eau, c’est très difficile à enlever et à remettre.

Au premier ravitaillement, petite déception. Nous n’avons pas droit à la nourriture présentée. C’est réservé à ceux qui sont partis de Saint Etienne !  Nous devons nous  contenter  de boissons chaudes. … néanmoins bien appréciées. Le vrai ravitaillement pour reprendre des forces nous est apparu plutôt tardif car au bout du vingt deuxième kilomètre. Sylviane avait très très faim depuis plusieurs kilomètres.  Les deux autres ravitaillements nous donneront toute satisfaction.

Nous quatre, sommes toujours restés relativement bien groupés. Sylviane s’échappait parfois un peu dans les montées. Elle avait du mal à me suivre sur le plat (c’est elle qui le dit). Christiane est particulièrement à féliciter. En effet c’est avec un petit orteil cassé qu’elle a participé. Nul doute que l’infirmière retraitée qu’elle est a su trouver les solutions pour ne pas trop souffrir. Chapeau à toi Christiane.  Bernard, égal à lui-même est resté constant dans l’effort et toujours de bonne humeur. A l’arrivée, nous nous sommes félicité qu’aucun de nous n’ait fait la moindre chute. 

Toute une nuit à marcher, ça pourra vous paraître long ? Finalement les heures passent. On discute souvent entre nous et parfois on reste dans nos pensées personnelles. Pour ma part, me revient une réflexion de mon épouse le matin du départ à propos de la SaintéLyon – «  t’as vraiment besoin de faire ça ?»- En y réfléchissant un peu, non pas vraiment ; Mais passer une nuit à dormir dans son lit, c’est tellement commun !  Au plus fort des ondées, nous avons plusieurs fois évoqué les paroles de l’animateur au départ:  « prenez du plaisir »,  ça nous faisait sourire.

La cohabitation avec les coureurs partis de St Etienne se fait lorsqu’ils nous rattrapent vers la  mi-parcours .  Dans les sentiers descendant étroits,  c’est plutôt acrobatique pour eux comme pour nous. Heureusement, on les sent venir, alerté par le faisceau lumineux de leurs lampes frontales plus puissantes que les nôtres. Pas le temps de se faire des politesses. Sur les parties de chemins inondés, alors que nous essayons de mouiller nos chaussures le moins possible, eux foncent à grandes foulées  et nous  éclaboussent sans vergogne. Voilà pourquoi nous avons terminé aussi sales.

L’itinéraire contourne ou traverse les villages de Saint Catherine (où on n’a pas eu le temps de prendre racine, c’est Bernard qui l’a dit), St Genou, Soucieu en Jarest, Chaponost, St Foy les Lyon,La Mulatière,  et se termine dans la ville de Lyon. Au petit jour, des spectateurs nous gratifient de tonitruant « Bravo » « Courage » laissant à penser que nos âges avancés le méritent particulièrement. Ah bon, ça se voit ? Bon Merci quand même ! De nombreux concurrents plus jeunes que nous semblent aussi admiratifs à notre égard.

Que les derniers kilomètres sont longs ! Ce n’est pas trop français ça, mais vu l’état dans lequel nous sommes ! Christiane est la plus fatiguée. Si  on l’avait laissée faire elle aurait pris le car proposé lors d’un ravitaillement.  Mais pour nous il n’était pas question de ne pas terminer à quatre. Nous l’avons motivée. Elle s’est laissé faire. Pourtant les dernières côtes dans Lyon, … terrible, puis les escaliers descendant pour arriver au niveau de la Saône, dur dur ! Bravo Christiane, tu te classes première des randonneuses  ayant participé avec un orteil cassé.

Encore quelques pas et nous y sommes. Le musée des Confluences, le Pont Raymond Barre, …. les photographes, la foule en délire, non là j’exagère un peu, et la Halle Tony Garnier pour franchir l’arche d’arrivée. Nous sommes "finishers" de la Saintélyon. Il est 11h 50 et nous sommes en balade/rando  depuis 12h …

Tout à coup, j’entends appeler Yves Yves ! C’est Christian Gibassier , le mari de Christiane. Il est là, venu par le train depuis Bourg, avec la mission de conduire la voiture pour nous ramener. Ça c’est de l’organisation ! Un petit tour sur le salon. Remise d’une médaille et d’un beau tee-shirt. Un repas est proposé, mais la queue pour y accéder nous incite plutôt à filer. Trois cent mètres pour rejoindre la voiture et le bonheur de quitter nos vêtements sales et trempés, de nous habiller de vêtements secs, et de nous laisser conduire par Christian, des souvenirs plein la tête.

Les encouragements RSCB

Un grand merci à toutes celles et ceux qui nous ont adressé des SMS ; les premiers sont arrivés dans la soirée puis  dans la nuit et dimanche matin. Ils nous ont vraiment été sympathiques et motivants.

Merci Maryse  Reviriot, Guy  Bonnat, Josiane et Jacky Ray, Véro, Yves Gadiolet, Président Dominique, Gilbert Biraux Chantal Tolfa, Bernadette Monterrat    

Merci Michel Sala pour tes encouragements et ton implication pour avoir fait "passer le message"

                     Yves DUCONGÉ

                         Pour nous 4

La SaintExpress de la SaintéLyon - Participation RSCB - décembre 2019
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article