SaintéLyon 12 2017

Publié le par domrobhub

Saintélyon 2017

Samedi 2 décembre 23 h, Sainte Catherine , village perdu dans la nuit des Monts du Lyonnais, sera notre point de départ pour rallier notre objectif, la Halle Tony Garnier à Lyon, après une distance annoncée de 44 km, et un dénivelé positif de 1.117 m et négatif de 1618 m. Eh oui, tout ça, à pied, et pour l'instant il fait -5° sur les crêtes : que du bonheur en perspective !

Les messages d'encouragement viennent pour la plupart du coin du feu, il y en a même qui arrivent de dessous la couette (on les reconnaît car ils sont plus feutrés...)

Sur les quelque 17.000 inscrits au total, environ 3.200 ont fait le même choix que nous, c'est à dire partir de Ste Catherine pour 44 km.

Le départ s'effectue en 3 vagues d'environ 1000 participants, espacées de 10 mn afin d'éviter la cohue du départ et les embouteillages (eh oui, même à pied...). Comme nous avons pris la sage décision de faire le parcours en marchant, c'est tout naturellement que nous laissons partir les coureurs devant. 23 h 30, c'est à nous, on passe sous le portique de départ, à partir duquel notre passage sera enregistré et le chrono lancé.

Le 1er tronçon doit nous mener à St Genou, au bout de 13 km. C'est la partie la plus élevée de l'ensemble de l'épreuve, car partis d'environ 680 m d'altitude, on monte jusqu'au Signal, à 900 m. Partie également la plus froide (- 5° au thermomètre avec un ressenti avoisinant les – 10), et où on trouvera des chemins recouverts d'une fine couche de neige dont la surface s'est transformée en verglas. Même en étant prudents, quelques chutes sans gravité font partie du programme...Le tracé est assez accidenté et la vigilance est de rigueur.

Le 1er ravito de St Genou se profile au bas d'une descente, et nous reprenons rapidement quelques forces pour la suite.

Prochaine étape à 11 km à Soucieu en Jarrest, qui correspond approximativement à la moitié du parcours. Les conditions sont nettement meilleures, la neige et le verglas ont disparu et le thermomètre semble avoir repris quelques degrés, quoique... Cette étape, ainsi que la suivante de Soucieu à Chaponost (10 km) sont effectuées sans difficulté majeure.

Dernier ravitaillement du parcours : Chaponost. Le jour est maintenant levé et les frontales ne sont plus utiles. Cette étape -la dernière- fait 12 km mais comporte LA DIFFICULTE majeure : la redoutée et redoutable côte des aqueducs de Beaunant, longue d'environ 2 km, et avec une pente allant jusqu'à 18 % dans la dernière partie. Comme si on avait besoin de ça en fin de parcours... Vous ne pensez pas qu'au lieu de construire des aqueducs, les Romains auraient mieux fait de creuser un tunnel ???

Enfin, inutile de râler, l'arrivée n'est plus qu'à 4 km ! Tant mieux car les chaussures semblent un peu plus lourdes.

On arrive -enfin- à Ste Foy, ce qui signifie qu'il n'y aura plus de côtes à franchir, mais que de la descente (avec des escaliers, environ 200 marches) et du plat !

Traversée de la Saône et du Rhône, passage devant le Musée de la Confluence et la Halle Tony Garnier est en vue. Ca y est, c'est fait ! On est arrivé, certes fatigué, mais entier ! La ligne d'arrivée est franchie à 3 seulement, puisque Guy qui devait faire partie de l'expédition a du déclarer forfait à la suite d'une tendinite. Nul doute qu'il aura à cœur de se rattraper pour l'édition 2018.

A souligner l'excellente performance de Yves (D...) qui s'est classé 5ème de sa catégorie vétéran (V4) …..   sur 5 !

Merci à Yves G… d’avoir toujours attendu ses 2 compagnons de route…   car "il en avait sous le pied" .

Bilan  44,8 km parcourus en 11h 19 mn soit une moyenne légèrement au-dessus de 4 km/h par conditions extrêmes

Et coup de chapeau au chef d’expédition Bernard T. qui n’a pas renoncé au départ malgré une difficile semaine de préparation en état grippal. 

Yves, re Yves et Bernard

SaintéLyon 12 2017
SaintéLyon 12 2017
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article