Bohas 03 2017

Publié le par domrobhub

Vendredi 03 mars 2017

 

A  Bohas l’hiver ne lâche pas sa proie.

 

On pourrait partir de Bohas en serpentant mais au contraire c’est par une route bien droite et légèrement en pente que l’on accède au plateau. Aussitôt un chemin tantôt forestier, tantôt à découvert et boueux par endroits nous emmène en pleine nature. Une nature frémissante mais encore sous l’emprise de l’hiver. D’ailleurs on peut entendre par moments le vent rugir dans les bois. Soudain nous faisons un écart pour nous rendre sur les bords du Suran qui fait les gros yeux et interdit toutes tentatives de traversée. Nous reprenons notre itinéraire en laissant Moinans sur la gauche et les vaches, par ailleurs dociles, à leurs ruminations. Nous traversons alors une vaste prairie où le groupe s’étire. Une surface vallonnée avec quelques restes de haies qui laisse imaginer un regroupement de « baragnons » précise Bernard. Nous évitons le four à charbon de bois qui entre 1941 et 1944 alimentait les gazogènes de la région. Le chemin en direction de Rignat est bordé d’enclos et d’une haie affreusement « chartaillée » (Jean-Pierre). Nous traversons le village, paisible malgré la vente contestée d’un lieu de culte dont deux jeunes n’ont apparemment pas cure. La pause a lieu à la sortie près du musée en plein air de l’artiste ferrailleur. Après un sentier ou plutôt un couloir dégoulinant de mousse nous traversons une forêt sans taillis et sans vie où les arbres déracinés ou démembrés donnent un côté fin du monde. Enfin c’est la grande ligne droite avec la tour de Buenc à l’horizon et bientôt le clocher de Bohas dont le cadran affichera dix-sept heures aux derniers départs.

 

Statistiques : 29 personnes, 10.5 km, 160 m de dénivelée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article